Cessez de penser réseau, vivez-le !

" Cher réseau,


C’est avec beaucoup de gratitude que je souhaite te remercier

Pour tout ce que tu m’as donné et tout ce que tu continues de m’apporter.

 

Grâce à toi j’ai transformé ma vie :

J’ai trouvé 3 jobs qui me faisaient vraiment envie
J’ai créé ma société
J’ai trouvé des partenaires solides et mes 1ers prospects
J’ai élargi mon cercle d’amis
J’ai rencontré la femme de ma vie

J'ai développé mes expériences

J’ai enrichi le sens de mon existence

 

Grâce à toi j’ai grandi et me suis détaché des mythes
Grace à toi j’ai appris à dépasser mes limites,
À sortir d’un mental scolaire binaire et passif
Pour être dans un ressenti nuancé et actif.


Au fil de mes rencontres, je suis rentré dans la danse
J’ai libéré mes sens
Peu à peu j’ai cessé de penser réseau,
Pour vivre avec mon réseau. "

 

Que de beaux mots ...

Ça vous surprend ? Vous trouvez que j’en fais trop ? 

… et en même temps, vous êtes curieux d’en savoir plus tant vous n’avez pas cette perception du réseau.

Et oui, quand vous parlez réseau, vous entendez généralement contraintes, perte de temps, difficultés, inaccessibilité, actions forcées à contre cœur, ... 

 

Vous savez que ça peut être une voie efficace pour avancer dans vos projets mais vous avez peur de vous lancer. 

 

 

Le réseau est rarement le bienvenu

 

A travers mes accompagnements de profils diversifiés (étudiants, jeunes en sortie d’école, managers à potentiel ou directeurs en fin de carrière) et de mon propre parcours de manager dans des grosses structures du CAC 40, j’ai pu constater que le réseau est rarement accueilli à sa juste mesure

 

A l’école, vous n’avez aucune idée de ce que c’est. En début de carrière, vous le découvrez et entendez que c’est un bon moyen de trouver un job. Seulement, pétri de doutes face à l’inconnu, vous pensez que c’est bien beau le réseau mais pour vous qui commencez dans la vie, vous n’en avez pas vraiment. Vous n’avez aucune légitimité pour aborder d’autres professionnels autrement que dans le cadre bien normé et rassurant d’un envoi de CV et d’un entretien d’embauche. Du coup, vous vous dites que ce sera pour plus tard …

 

Entre 20 et 40 ans, vous voyez les années défiler sans trop vous préoccupez réseau. Vous vivez vos expériences tambours battants enivré par le désir d’évoluer, de prendre des responsabilités, de gagner plus d’argent et de pouvoir. Vous êtes pris dans la spirale métro/boulot/dodo. Les opportunités viennent en interne avec des promotions ou en externe avec des cabinets de chasseurs de tête qui vous proposent un poste « copié-collé » dans la direction dans laquelle vous vous êtes engagé. Vous vous dîtes que le réseau c’est bien mais que vous n’avez pas le temps de vous en occuper.

 

Puis vient la barrière des 50 ans, vous comprenez plus que jamais que vous avez besoin de votre réseau pour rebondir et trouver un nouveau job. Votre profil perd en attractivité, vous êtes étiqueté cher et rigide. Votre entreprise se sépare de vous. C’est un choc. Vous vous retrouvez seul face à vous-même. En plus de l'impression d'injustice et de trahison, l’usure de 30 ans carrière s’exprime pleinement. Vous êtes désorientés. Vous perdez confiance. Malheureusement, comme vous avez peu entretenu et développé votre réseau, vous avez le sentiment qu’il est limité. Vous regrettez les années passées. 

 

Au final quelque soit votre niveau d'expérience, vous avez l’appréhension d'activer votre réseau. Vous vous dites que ce n’est pas fait pour vous, vous qui n’êtes pas un commercial né avec un carnet d’adresses digne de ce nom. Vous n’êtes pas prêt à vous vendre, vous n’êtes pas prêt à « déranger » vos amis ou des gens que vous ne connaissez pas, ... vous réussissez à vous convaincre que vous n’êtes pas fait pour « réseauter ».

Comme vous, j'avais beaucoup de croyances négatives sur le réseau. Elles ont vite volé en éclat quand j'ai décidé dès la fin de mes études de passer par le réseau pour trouver un emploi. Ce passage à l'action m'a permis de cesser de penser pour vivre le réseau. J'ai aujourd'hui envie de partager avec vous à travers une série d'articles les croyances que je rencontre le plus fréquemment parmi les clients que j'accompagne
.

 

1ère croyance : "J'ai un petit réseau"

>> FAUX : je pensais que mon réseau correspondait à mon nombre d’amis que j’étais prêt à contacter. 

 

En réalité, les amis ne sont que la partie émergée de l’iceberg. L’essentiel du réseau est invisible. 

Il se révèle au fur et à mesure de vos entrevues grâce aux contacts que les personnes que vous rencontrez vous donnent. Avec un seul ami, vous pouvez obtenir 2 contacts qui eux même vont vous donnez 2 autres contacts soit 4 contacts qui eux même vont vous permettre de toucher 8 contacts etc. 

Ainsi, la sollicitation d’un seul ami peut générer la rencontre de 62 nouvelles personnes en 5 niveaux d’échanges de contacts.  

 

>> ASTUCES : `

  • Fixez-vous comme objectif à chaque entretien d’obtenir une mise en relation avec deux nouveaux contacts. Prévoyez de poser la question en fin d’entretien une fois que vous avez créé un climat de confiance (ex : J’ai beaucoup apprécié nos échanges. C’est vraiment précieux pour la construction de mon projet. Afin de continuer d’alimenter mes réflexions, pourriez-vous m’indiquer deux personnes de votre entourage qui seraient prêtes à partager leur expérience ?)
  • Préparez une liste de 40 entreprises qui vous sont les plus utiles. Vous pourrez sortir la liste en entretien pour aider votre interlocuteur à vous orienter sur telle ou telle personne de son réseau auquelle il n'aurait pas pensé spontanément.

2ème croyance : " Je vais galérer pour décrocher un rendez-vous "

>> FAUX : 9 sollicitations sur 10 débouchent sur un rendez-vous dès le premier appel passé.

 

Comment expliquer un tel taux de transformation ?

 

Ce n’est pas à vous que la personne répond. Elle répond avant tout à sa connaissance qui vous a mis en relation et ça change tout. C’est une des règles d’or du réseau : appeler de la part d’une personne proche qui vous a recommandé. Vous êtes ainsi dans un contact « bienvenu » c’est-à-dire qualitatif où vous sortez de la case des sollicitations « agressives » considérées souvent comme des SPAM. On parle alors de contact « froid » avec des taux de transformation faibles de l’ordre de 5% et qui nécessitent de nombreuses relances pour aboutir.

 

>> ASTUCES : 

  • quand vous prenez contact avec votre interlocuteur, précisez dès le début de votre pitch que vous l’appelez de la part de la personne qui vous a mis en relation
  • quand on vous donne un contact réseau, demandez à votre interlocuteur quel lien il entretient avec la personne et s’il peut le prévenir que vous allez le contacter

 

Je publierai dans les prochains jours d'autres d’articles pour continuer d'illustrer le fossé que j’ai vécu entre mes pensées et la réalité et vous aider à faire évoluer vos croyances.

 

D'ici là, je vous souhaite de belles rencontres avec votre réseau …

 

Cet article vous a donné envie de passer à l'action et d'activer votre réseau. Cependant, vous ressentez le besoin d'être accompagné dans vos 1ers pas, n'hésitez pas à me contacter deniscalise@instinctpresent.fr ou à découvrir d'autres articles sur www.instinctpresent.fr.

 

 

#réseau #recherchesd'emploi #manager #gestiondecarriere

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Louisa Z (mardi, 08 octobre 2019 08:49)

    Un grand merci pour cette séance qui m’a permis de lâcher prise, de prendre conscience de mes blocages et de retrouver confiance en soi.
    J’ai hâte de poursuivre